Conscience

 

Quelques mois déjà que je n’ai pas publié un article. Mais en moi se sont opérés de nombreux changements et de nouvelles prises de conscience. Cela aura eu pour effet une restructuration complète de mon blog qui devient une site/blog. Plutôt que de me disperser, je regroupe tout. Mes pensées, mes activités, mes prises de conscience, tout cela se trouvera maintenant au même endroit. Le style, la mise en page, tout a changé pour me ressembler. Il faudra peut-être encore un peu de patience pour que je trouve un rythme de croisière avec mes articles. Nous sommes actuellement en été, la famille, les vacances… donc je profite aussi et de la même manière qu’une gestation, tout cela prends le temps de germer, d’éclore… mais je crois que cette année 2016 est prometteuse et j’ai beaucoup de choses à partager sur ce qui se joue actuellement à l’intérieur de nous. 🙂

En attendant, j’ai retrouvé un texte que j’ai écrit en décembre 2014 et que j’aimerais vous partager. Depuis 1 an 1/2 que j’ai coulé ces mots sur le papier (ou plutôt sur word 😀 ) s’est opéré en moi plein d’autres prises de conscience. J’aurai l’occasion de vous les livrer dans de futurs articles, mais commençons par le début. Là où ma vision de la spiritualité a tout d’un coup changé laissant place à tant de possibles !! C’était fin 2012, tiens tiens… 😛

—————————————————————————————————————

Conscience

 

Par où commencer ?

Qui suis-je ? serait peut-être là toute la question à laquelle répondre. Trois petits mots pourtant simple et qui au final contiendraient toute la réponse… « Je suis… » voilà la réponse ! Mais quelle réponse !! Oui « Je suis » ! Mais qu’est-ce que ça peut bien vouloir dire ? pourquoi vouloir chercher à comprendre dirait le mental. Je sais très bien qui je suis. Je suis Nadège, je suis mariée, j’ai 2 garçons. Après avoir fait de longues études scientifiques, très peu travaillé et avoir été maman au foyer, je suis maintenant réflexologue et conseillère en Fleurs de Bach. Je suis aussi animatrice de Yoga du Rire. Trois activités à vocation bien-être… pour aider les autres. Mais qui sont ces autres ? Voilà encore une autre question à laquelle là encore la réponse est « Je suis… ».

Hein ? Mais que dit-elle ? Qu’est-ce donc que cette idée absurde dirait le mental. Oui voilà bien toute la question que chacun d’entre nous peut se poser. Qui suis-je ?

Oh tout le monde ne se la pose pas. Ces personnes ont-elles de la chance d’ailleurs ? Elles s’évitent bien des questionnements et pourtant, elles n’en sont pas plus heureuses dans leur vie et parfois même cette négation qu’il existe quelque chose de plus grand au fond de nous peut les amener à une grande détresse. Mais parfois au contraire, c’est dans cette grande détresse qu’elles peuvent être amenées à trouver la réponse…

 

Conscience

Qui suis-je ? Non mais vraiment qui suis-je ? Quand je serai morte ou plutôt quand mon corps sera mort, qui serai-je ? Ne restera-t-il que l’esprit de Nadège ? Mais qui est Nadège si ce n’est qu’une brève création dans l’espace et le temps ? En fait, il y a une évidence qui m’est apparue il y a deux ans, en novembre 2012. J’étais en train de me promener dans la colline derrière chez moi, à l’occasion de l’anniversaire de mon deuxième fils et dans ma tête se déroulait une scène dramatique. « Oh ta belle-mère pense-t-elle que tu es assez bien pour son fils ? Ok tu as fait des études, tu as un diplôme d’ingénieure et patati et patata… mais tu n’as pas travaillé. C’est lui qui sue pour faire vivre la famille, payer le crédit de la maison et patati et patata. »

Et au milieu de ce brouhaha m’est apparue une évidence… que de toutes façons tout ceci ne pouvait être qu’une illusion puisque je n’emmènerai rien de ce que j’aurai accompli dans cette vie avec moi en mourant. Parfois même on meurt très jeune et tout s’arrête d’un coup pour cette personne… plus rien n’a alors d’importance. Tout disparaît si ce n’est dans l’esprit et le cœur des personnes qui l’auront connue… mais cela ne durera qu’un temps. Dans l’esprit même de nos descendants, nous existerons de la même manière qu’existent aujourd’hui nos ancêtres lointains… ils ne sont que des visages, des apparitions. Et qu’au final, ce qu’on fait de notre vie, toute cette course à la réussite n’est pas vraiment la panacée, ni le but de toute une vie. Seulement un but illusoire et même qui nous fait perdre le vrai but de vue. Mais pareil, quel est ce but ? Y en a-t-il vraiment un ?

J’ai toujours eu un parcours spirituel. D’aussi loin que je m’en souvienne, j’ai toujours cru à la survie de l’âme. Qu’il y avait une autre vie après la mort. J’ai lu beaucoup de livres sur la spiritualité. Puis suite à cette prise de conscience récente…due à un ras le bol de n’arriver à rien accomplir dans ma vie, bien qu’étant pleine d’espoir. Je suis tombée sur « le cours en miracles »… un énorme livre, dense en contenu, qui aide à « s’éveiller » à ce qui est. J’ai commencé à le lire mais je l’ai mis de côté. J’ai préféré lire un autre livre traitant du cours en Miracles, « et l’univers disparaîtra » de Gary Renard… qui explique clairement le message délivré dans « un cours en miracles ». Cela a été un premier tournant dans mes croyances qui ont été complètement retournées. Durant 1 an, toutes les bases que j’avais toujours crues avoir ont disparu. Puis petit à petit, tout s’est replacé… comme si je rangeais chaque croyance dans une nouvelle case. Tout ce que j’avais cru avant était la même chose mais avait pris un sens nouveau. Mais n’est-ce pas là d’autres croyances que j’ai mises à la place des anciennes ?

A cette période j’ai donc découvert le principe de « non-dualité »…

Je ne savais donc plus quel était le sens de tout cela. D’ailleurs une phrase que je me dis souvent est « cela n’a pas de sens… » ! Car au fond, la réponse à « qui suis-je ? » je la connais parfaitement. Je la sens au plus profond de moi. Je sais qui je suis. Surtout après avoir vu quelques vidéos d’éveillés et après en avoir rencontré un pas plus tard que dimanche dernier, dimanche 14 décembre 2014.

Sens

Je ne suis personne dit Mooji et c’est bien de là que vient la réponse. « Je Suis ! » est la simple et seule réponse. Il n’y a rien à mettre derrière je suis ! Tout ce qu’on y met derrière fait partie du jeu de la vie si je puis dire ainsi et comme je m’identifie à mon corps et aux pensées qui le traversent… aux événements qu’il vit… Je pense être cette personne. Je n’ai pas encore réussi à enlever ce voile qui recouvre la Vérité de ce que nous sommes. Oui car nous sommes tous ce même « Je suis » et c’est là une des splendeurs de la découverte. Au départ, cela parait très difficile à comprendre pour le mental, très saugrenu même. De ne se dire qu’il n’y a « personne » c’est même intolérable à entendre et à accepter au départ.

(NB1 : Bien entendu, « il n’y a personne » ne veut pas dire qu’il n’y a pas de personne physique présente. Nous voyons bien d’autres êtres avec nos yeux. Non cela veut tout simplement dire que « la personnalité » que nous croyons être n’a pas d’existence réelle autre que celle de la personnalité que nous prenons le temps d’une courte vie sur Terre.)

L’idée de se perdre dans le grand tout, de ne pas avoir d’existence particulière est difficile à admettre. Et pourtant quand on accepte de n’être effectivement « personne »… Lorsque l’on admet être la seule et même âme du monde, de l’univers qui s’est multipliée à l’infini pour pouvoir expérimenter le monde de la forme, cela ne fait plus peur. C’est encore difficilement compris par mon mental mais ce que j’en comprends c’est que cela n’empêche pas d’être chacun l’originalité que « Je suis » exprime à travers chacun d’entre nous. Nous sommes uniques !!! Oui c’est magique cette découverte… Je viens de comprendre même en l’écrivant. Oh non nous ne sommes pas uniques par le fait même d’être différents les uns des autres et séparés. Oh non, nous sommes uniques parce que nous sommes Un et Un seul et par ce fait même nous tous réunis et en même temps exprimés dans toutes ces formes. Nous sommes Uniques ! Ouaouhhh ! Je viens de faire une autre prise de conscience. Ca me remue même ! J’en ris mais ça bouleverse beaucoup de choses en moi-même. Je viens de comprendre ce que voulait dire « nous sommes uniques ». Nous ne sommes vraiment pas uniques de part notre particularité à chacun. Nous sommes uniques parce que un et un seul… et chacun de nous est ce un et un seul… exprimé de manière multiple.

Unicité

 

(NB2 : cette expression multiple pourrait donc faire office de particularité. 😉 Bonne nouvelle, nous ne sommes pas obligés de nous perdre dans le « grand tout » et nous pouvons continuer d’expérimenter la vie sous une forme apparemment différenciée tout en ayant conscience d’être tous reliés par cette unicité qui nous caractérise. 🙂 )

Nadège

Share This